Mots-clefs

, ,

Ce mardi 5 octobre 2010, je recevais, puisque j’avais donné 4h de mon temps un dimanche après-midi pluvieux pour sarcler les allées du Parc interdépartemental du Val-de-Marne. Outre un coup de froid et un blocage des reins, j’ai donc reçu une place pour le concert Orange Rock Corps au Zénith.

mark-ronson.jpgUne pléiade d’artistes se sont donc succédés devant mes yeux affamés. Il y eut d’abord VV Brown, ce pourquoi je m’étais cassé le :s. Et effectivement, ça valait vraiment le coup. Il y eut ensuite Sexion d’Assaut – entre crise d’hystérie des sosies de Rihanna qui et conspuation d’une partie du public, après les propos homophobes de l’un et les accusations de violences conjugales de l’autre. Soprano et Stromae se sont également invités à la fête pour deux-trois petites chansonnettes, avant le final en apothéose avec N.E.R.D. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le Pharell nouveau est lascif à souhait :p.

Mais celui qui a illuminé cette soirée, à mon sens, reste Mark Ronson. Avec son groupe Business Intl, il a mis un peu de pop tropicale dans une soirée résolument sous le signe du son urbain. Et rien que pour cela, cette petite note de fraîcheur était donc la bienvenue. Et à ce moment du concert, j’ai pensé à Loou, définitivement amoureuse du beau Mark, qui aurait tant aimé voir son costume so fit et sa teinture grise s’agiter sur la scène.

Mais qui est donc Mark Ronson ? Né en 1975, cet Anglais a deux soeurs : Samantha, DJ lesbienne de son état, qui a défrayé la chronique avec ses amours tumultueuses avec Lindsay Lohan, et sa soeur jumelle Charlotte,wannabe styliste munie de la personnalité d’une endive. Accessoirement, il a aussi un petit frère, mais à vrai dire, on s’en bat un peu les parties.

Mais la raison ultime pour laquelle je lui porte mon respect ultime,  c’est que ce jeune homme a produit une partie du panthéon de la hype anglaise de ces 10 dernières années, mais surtout le fabuleux Back to Black d’Amy Winehouse.  Il a aussi signé quelques reprises azimutées, dont le Toxic de Britney Spears.

C’est un musicien touche-à-tout, qui se produit donc à l’heure actuelle avec le groupe Business Intl. Désormais, il ne se limite plus à l’image de producteur very underground ou d’icône de la mode à côté de sa compagne Joséphine de La Baume (dont Loou est jalouse à crever – elle me l’a dit dans la confidence). Non, Marko aime bien les ambiances tropicales, un peu rock-ukulélé des années 1950, en témoigne sa moue à la Elvis Prestley. Le tout avec un zeste de funkadelic et de pop anglaise so 1960’s. Décidément, le tropical est très à la mode en Angleterre, après Ebony Bones…

Enfin, si l’on connaît Mark Ronson aujourd’hui, en octobre 2010, c’est surtout pour avoir ressorti Boy George du saloir, avec un morceau entre guitare funky, rythme afro-beat ralenti et ambiance calypso-fake. Résultat : ça fait le Coming next du Grand Journal, et qui dit Coming next du Grand Journal dit p*** de carton en France pendant trois mois. Je conclurai donc cet article avec ledit morceau qui va réchauffer votre hiver, Somebody to love me.

Publicités