Étiquettes

, , ,

Oui, je vous annonce ça un mardi 27 septembre, alors que l’automne est officiel depuis déjà 6 jours. Certes, les feuilles roussissent, certes, il fait nuit à 20h et jour pas avant 7h30, mais c’est un fait : encore aujourd’hui, il est prévu grand soleil et 27°c. Soit 10°c que lors de mes vacances en Allemagne en juillet (alors que j’ai connu certains étés là-bas où il faisait fastoche 50°c au soleil. Non, je ne déconne pas). Autant rager un petit peu, non ?

Évidemment, qui dit été indien, dit BO en conséquence, car j’estime que l’on a la vie de sa BO (et pas l’inverse) – NDRL : si j’avais à réaliser un film, je me pencherais en premier lieu sur la BO, même avant le scénario, le casting ou quoi que ce soit… Passés ces prolégomènes sans aucun sens précis, je vous invite maintenant à découvrir mes quelques petits bijoux que je vous conseille vivement pour mettre un peu d’habillage sonore dans votre vie bien morne…

Joe Dassin, L’été indien (1975)

Alors oui, c’est kitsch, oui, ça date de 1975, oui, c’est sirupeux, oui, ça rappelle de mauvais souvenirs à quelques-uns d’entre vous, mais avouez tout de même que c’est de circonstance. L’été qui n’en finit pas, comme une histoire d’amour que l’on voudrait qu’elle n’ait pas de fin…

Les Négresses Vertes, Voilà l’été (1989)

C’est ce que doivent se dire de nouveau les cafetiers, les loueurs de campings, les plagistes et tous ceux qui profitent un peu de cette arrière-saison exceptionnelle. Pour ceux qui, malheureusement, ont pris comme moi leurs vacances durant les mois traditionnels de l’été, je pense qu’ils doivent s’en mordre les doigts.

Coldplay, Lovers in Japan acoustic (2008)

En attendant le 24 octobre 2011, voici une version très jolie d’un des titres-phares de Viva la vida. Elle sent bon les évasions dans les champs de blé, les voyages en voiture ou en train, voire en avion, où on regarde par la fenêtre en se disant que la vie est belle…

Paolo Nutini, Chamber music (2009)

Quand j’entends cette chanson, j’imagine les champs de ma Bretagne les fins d’été, où je ramasse des pommes et des mûres le dimanche en famille après un bon déjeuner, où le soir devient nostalgique après avoir vécu encore une belle journée… Bref, le blues du dimanche soir quand tu sais que la morte saison est proche.

Passi, Il fait chaud (1998)

Il fait 27°, tu ne sais plus comment t’habiller, c’est la misère. Pour vous dire, il fait tellement chaud que j’ai pris un coup de soleil hier au bureau à travers la fenêtre. Ouais ma gueule ! Et donc, depuis que je vis à Paris, Il fait chaud de Passi est devenu mon hymne en cas de températures caniculaires. Old school  mais toujours vif…

Voici donc mes petites suggestions pour oublier que la Mairie de Paris n’a pas prolongé Paris-Plages pour septembre. Pour les autres – Méditerranéens, Nordistes, Vendéens, Charentais, Bretons… -, éclatez-vous. L’eau doit être à température idéale. Et rien n’exclut de ressortir les tubes de l’été…

Non, en fait, en termes musicaux, j’ai bien hâte que l’automne arrive !

Publicités