Mots-clefs

, , ,

Désolée, mes petits loups, mais un gros projet professionnel en cours m’oblige à négliger mes activités d’écriture tant sur ce blog que sur Ladies Room. Je n’écoute quasiment plus de musique – et en plus, mon iPod vient de me lâcher. Preuve que j’ai beau essayer de faire bonne figure, le mois d’octobre est toujours meurtrier pour mes inspirations musicales.

Pourtant, je viens de rempiler avec énormément de bonheur une troisième saison chez Ens’Batucada. Là aussi, après le départ du collectif Les Mêmes, dont cet orchestre faisait partie, de la Blanchisserie de l’hôpital Charles-Foix (Ivry/Seine), le moral n’est pas forcément au beau fixe. Mais bon gré mal gré, nous tenons le cap, et c’est bien ce qui importe. Tel pourrait se résumer ma vie en ce moment : nous avançons dans la douleur, mais notre renaissance n’en sera que plus belle.

Je voudrais donc, chers lecteurs, vous confier cinq petites inspirations afin que vous puissiez penser à moi pendant ce stand-by.

Ibrahim Maalouf, Will soon be a woman

Une inspiration franco-libanaise de cet enfant de la balle, né d’un père trompettiste et d’une mère pianiste. Je l’ai découvert un soir d’écoute tardive de TSF Jazz sur mon lieu de travail. Et j’ai tout de suite été séduite par ce mélange entre jazz et musique orientale, marque de fabrique de musiciens d’origine proche-orientale à l’instar de Fazyl Say, Avishaï Cohen ou André Manoukian.

Dizzy Gillespie, Chega de saudade

La chanson que je connais mélancolique de la bouche de Joao Gilberto prend une nouvelle couleur avec un swing typiquement américain. Et la trompette de Dizzy exprime à elle seule toute la dimension du poème déclamé sans pour autant y mettre les mots.

Mickey 3D, Respire

Si je devais résumer l’attitude de mon entourage en ce moment, ce serait cette chanson. Car j’étouffe un petit peu sous la pression, et tout le monde m’exhorte à prendre la vie du bon côté. Il le faut, de toutes façons. L’air, c’est ce qui me manque le plus, en ce moment.

Gloria Gaynor, I will survive

Oui, je sais, c’est kitschissime, c’est surentendu, c’est repris, galvaudé, voire parodié, mais en même temps, je n’ai jamais trouvé meilleure méthode Coué. Gloria Gaynor rules encore même 33 ans après. Tu peux pas test.

G.R.E.S Acadêmos de Salgueiro, Festa para um rei negro

Je vais quand même finir sur une note positive, parce que non, tout n’est pas gris en ce mois d’octobre. Comme je le disais au début de cet article, j’ai repris mes ateliers de batucada et de maracatu. Et même si mes divers mestres me reprocheront une baisse de motivation, c’est quand même ce qui me permet de ne pas tout voir en noir. En ce moment, c’est juste inestimable…

Je vous souhaite donc une bonne continuation, j’espère vous retrouver d’ici début novembre avec de nouvelles fraîches et ma joie de vivre.

Publicités