Mots-clefs

, ,

Demain, mardi 27 décembre 2011, je pars à Berlin fêter le nouvel an avec à peu près 30.000 jeunes à l’appel de la communauté de Taizé, avec laquelle j’ai beaucoup d’affinités sur le plan spirituel. C’est l’occasion pour moi de prier, de faire la fête, de visiter une ville qui me fait fantasmer depuis mon plus jeune âge. Car curieusement, si j’ai déjà effectué une dizaine de voyages en terre teutonne, je n’ai jamais poussé le vice jusqu’à aller visiter sa capitale.

Comme toujours, en fin d’année, je me souviens de ce que j’ai écouté au cours de ces douze derniers mois. J’ai vécu beaucoup de choses – normal, 2011 était pour moi une année sabbatique au sens biblique du terme (cherchez dans le Pentateuque, bande d’incultes !), donc il m’est arrivé pas mal de trucs un peu dingues –, c’est donc normal que je parte un petit peu pour entamer 2012 de la manière la plus sereine qui soit.

Et dans ma petite playlist de voyage, j’emporte notamment 5 chansons pour faire le bilan de 2011 :

The Beatles, Here comes the sun

La chanson que j’ai chanté en duo le premier matin de mon amour avec l’ex-Homme. Et en plus, ce matin de mai, le soleil brillait, nous accordions nos Converse et tout allait bien… Et puis les Beatles, il n’y a pas meilleure bande-son pour accompagner deux personnes qui se tiennent la main.

The Arcade Fire, Neighborhood #4 (7 Kettles)

L’amour est reparti comme il était venu. Tant pis pour moi. Reste un petit peu de nostalgie et la conviction que mon ex sait écrire quand il est passionné. Sans lui, je  n’aurais jamais découvert The Arcade Fire et je ne me serais jamais autant ouverte à la culture cinématographique. Donc malgré tout, cette parenthèse un peu trop courte à mon goût a su déboucher sur quelque chose d’assez positif.

Coldplay, Lost?

On dit que l’amour dure 3 ans. 3 ans, c’est la durée depuis mon premier jour d’embauche. Ces années furent pleines de projets, de doutes aussi. Et récemment, divers bouleversements sont survenus, d’où une certaine réflexion quant à ma place. Je doute, évidemment. Mais je persiste à croire que le doute fait partie de la foi. 3 ans, c’est aussi le temps que j’ai passé à Paris, depuis mon arrivée, le jour de mes 25 ans. J’en retire beaucoup de positif, même si ma terre me manque à certains moments. 3 ans, c’est aussi le temps qu’a mis Coldplay entre Viva la vida et Mylo Xyloto. Preuve que 3 ans de réflexion n’apportent pas forcément que du positif.

P.U.S.H., Les béatitudes

2011 est aussi l’année où j’ai connu mon premier gros kif sur le plan professionnel : ZeBible. En effet, depuis 7 ans, certaines personnes se mobilisent pour rendre la Bible un peu moins ringarde. Le résultat, j’y ai participé cette année en tant que correctrice, et pour la première fois, j’ai été et je reste extrêmement fière de mon travail. Lors de ce projet, un groupe de rock chrétien œcuménique, P.U.S.H., nous a aidé à réactualiser certains textes. Le résultat est juste fabuleux.

The Jackson Five, I’ll be there

Je n’ai jamais eu beaucoup d’ami(e)s. J’entends des personnes extérieures à ma famille pour lesquelles je donnerais ma vie. Et en janvier 2010, un petit bout de femme a débarqué dans mon quotidien. Cela n’a pas été le coup de foudre immédiat, mais dès lors qu’elle a ouvert son cœur et que j’ai su l’écouter, j’ai su qu’il me sera difficile désormais de vivre sans me soucier d’elle. Je sais maintenant que, si je ne suis pas douée pour la vie de couple, je suis capable de m’occuper d’autre chose que mon nombril. C’est ma plus grande avancée de 2011.

Je vous quitte donc pour quelques jours, qui, à coup sûr, vont me faire du bien. À l’année prochaine pour de nouvelles aventures, et que votre passage soit le plus festif et le plus bénéfique possible.

Publicités