Étiquettes

, , , ,

Oh wimbowé, oh wimbowé… Ah wiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimbowimbowééééééééééééé…

Qui n’a jamais chanté à tue-tête cet air africain, popularisé en France pour les plus jeunes par Pow Wow, et pour les plus anciens par Henri Salvador. Sauf qu’en France, la chanson s’appelle Le lion est mort ce soir (ce qui, vous l’accorderez, est beaucoup moins gai que le titre original). Et que la chanson n’est pas qu’une parodie de musique africaine.

Remontons donc aux origines…

En 1939, en Afrique du Sud, Solomon Linda et son groupe The Evenings Birds écrivent et enregistrent un morceau qui va devenir un pur carton : Mumbe (« lion »). Tout cela pour un salaire de 10 schillings, c’est-à-dire, pas énorme. De plus, aucun droit d’auteur n’a été versé à Solomon Linda, malgré les 100.000 exemplaires du morceau écoulés dans les années 1940. Ce qui vaudra à son auteur de mourir dans la pauvreté la plus totale. Solomon Linda avait alors initié le style a cappela qui caractérise beaucoup d’artistes en Afrique du Sud encore de nos jours, notamment avec le groupe Ladysmith Black Mambazo.

Dans les années 1950, l’ethnomusicologue américain Alan Lomax découvre un enregistrement. Il le donne tout de suite pour adaptation aux goûts américains. Cela donne dans un premier temps Wimoweh, puis en 1961 The Lion sleeps tonight, popularisé par The Tokens :

(A-weema-weh, a-weema-weh, a-weema-weh, a-weema-weh)
(A-weema-weh, a-weema-weh, a-weema-weh, a-weema-weh)

In the jungle, the mighty jungle
The lion sleeps tonight
In the jungle the quiet jungle
The lion sleeps tonight

Near the village the peaceful village
The lion sleeps tonight
Near the village the quiet village
The lion sleeps tonight

Hush my darling don’t fear my darling
The lion sleeps tonight
Hush my darling don’t fear my darling
The lion sleeps tonight

Encore aujoud’hui aux Etats-Unis, cette chanson est encore très populaire : il existe aujourd’hui plusieurs versions, parfois parodiques, des NSYNC (vui, le groupe de Justin Timberlake à l’époque où il était puceau…), Brian Eno, R.E.M… La chanson a même été intégrée dans le dessin animé et la comédie musicale qui en a découlée Le Roi Lion !

En France, donc, c’est Henri Salvador qui, en 1962, nous a rapporté cette mélodie entêtante. En grand chantre du jazz, puis du rock’n’roll et de Disney (non, faut pas déconner, c’est quand même lui qui a fait en France les premières adaptations de chansons américaines et de tubes Disney. Et rien que pour ça, il faut saluer sa mémoire…), il ne pouvait que se prendre de passion pour cette mélodie :

Dans la jungle, terrible jungle
Le lion est mort ce soir
Et les hommes tranquille s’endorment
Le lion est mort ce soir

Tout est sage dans le village
Le lion est mort ce soir
Plus de rage, plus de carnage
Le lion est mort ce soir

L’indomptable, le redoutable
Le lion est mort ce soir
Viens ma belle, viens ma gazelle
Le lion est mort ce soir

Je me demande encore, 50 ans après, pourquoi on a préféré traduire Le lion est mort ce soir plutôt que Le lion s’endort ce soir, ce qui, à mon sens, aurait été plus logique, au vu des paroles anglaises. Mais il semblerait que le choix ait été fait en français de dire que le lion n’est plus là pour troubler la paix de la jungle, et que dorénavant il ne faut plus en avoir peur. Alors que la version anglaise était plus partisane d’un équilibre, voire d’une harmonie entre le lion et l’environnement. M’enfin, c’est un point de vue.

Et en guise de conclusion, vous l’attendiez tous, la version de Pow Wow, datant de 1992. Très proche de la version originale dans l’esprit, c’est ma version préférée…


Publicités