Mots-clefs

, , , , , , , ,

Passé ce petit temps de manque d’inspiration totale – je vous prie de m’excuser, j’ai un métier, des problématiques qui me sont propres… –, je voudrais m’insurger ici sur le traitement que les excellents scénaristes de la série Bref ont infligé à la gironde Marla, le plan cul régulier du héros de la série. J’avoue : d’aucuns auraient traité le héros de connard s’il avait préféré son plan cul à sa copine sur laquelle il a fantasmé des mois entiers. Même Sélim, mon coach en séduction chéri, aurait préféré la voie de la raison selon un mec et je trouve l’argument posé et sans langue de bois.

Episode consultable ici

Mais je ne peux m’empêcher de penser à Marla. Aux plans cul par défaut. De celles qui essaient de se blinder émotionnellement, qui ne peuvent s’empêcher d’éprouver des sentiments pour des mecs qui sont très intéressés par leurs qualités physiques et sportives, mais que non, sur le plan de la personnalité, c’est pas l’harmonie complète. De celles qui n’ont pas assez encaissé ou qui ont un trop bon fond pour devenir des pures garces calculatrices (coucou ma chérie !).

Bref, Marla, viens à la maison, je te fais un cheesecake, je nous commande des sushis et je te laisserai t’épandre sur ta relation foireuse avec Kyan qui t’a bien baladé, ce salopard, avec une playlist concoctée rien que pour toi :

Anaïs, Christina

Alias l’avatar de la chanson de la femme bafouée qui apprend que son mec la trompe et la quitte pour une meuf plus bonne qu’elle. En même temps, Kyan aurait pu te prévenir qu’il avait quitté son colocataire pour emménager avec sa copine. Mais comme le décrit très bien Sélim, les mecs sont lâches. Tu te serais aussi bien pris la beigne de ta vie, mais au moins, tu n’aurais pas eu à subir l’humiliation de se retrouver nez à nez avec la femme de sa vie.

Larusso, Tu m’oublieras

Celle-là, Marla, je t’explique, je ne l’assume pas du tout. Mais autant prendre une chanson pourrie, et surtout ridicule, pour essayer d’exorciser la situation. Oui, sur ce coup-là, il t’a bien oubliée. Alors autant le chanter faux avec une serpillière sur la tête et un demi-litre de vodka dans le sang. Tu auras la gueule de bois de ta vie, mais au moins, tu auras eu conscience que tu t’es monté le bourrichon pour pas grand-chose.

Colette Renard, Les nuits d’une demoiselle

Car tu auras eu un avantage par rapport à cette fille : tu auras eu les avantages sans pour autant avoir les inconvénients du mec qui pète au lit, qui squatte ton appart’ sans payer le loyer… Bref, tu étais libre et tu l’es toujours. Certes, un mec, ça réchauffe les pieds en plein hiver et ça remplace une peluche. Mais ça peut avoir ses côtés relou aussi. Quelquefois. Et tu te rappelleras cette savoureuse blagounette : Quelle est la différence entre un homme et un pruneau ? Il n’y en a pas. Tu les suces le soir et le lendemain matin, ils te font chier.

Texas, I don’t want a lover

Parce que dans ton état, enchaîner avec un autre plan cul, ce n’est pas ce qu’il y a de plus conseillé. Ce serait bien que tu te trouves un mec – prends un moche, ce sera plus facile – avec lequel tu n’as aucune envie de faire des galipettes, mais plutôt d’aller voir des films à la con, de discuter jusque trois heures du matin. Si tu veux, tu peux même en prendre un amoureux transi de toi depuis la maternelle et qui sera gratifié par ce soudain intérêt que tu lui portes… Bref, un mec qui te redonne foi en la gent masculine.

Lara Fabian, Je t’aime

C’est moche, c’est hideux, c’est ce qu’on peut faire de pire en termes de déclarations d’amour en chansons. C’est parfait pour ricaner comme une hyène sur les couples amoureux, à quel point ils sont ridicules – surtout du point de vue d’une fille au cœur brisé. Tu souriras quand une de tes copines racontera sa dernière nuit d’amour avec son nouvel amoureux, et tu consoleras à ton tour celle qui vient de se faire larguer comme une merde.

Bref, Marla, même si tu n’as pas l’aura de « cette fille », tu vaux bien mieux que « ce connard ». J’espère t’avoir ainsi consolé, ma belle. Et continue de porter ta robe cupcake et ton grand sourire, tu déchires comme ça.

Publicités