Mots-clefs

, ,

Comme beaucoup de fois, lorsque Ladies Room me propose de chroniquer un CD, je ne connais la plupart du temps rien de l’artiste. C’est bien : si Wikipedia est mon blase, j’ai une autre devise dans la vie : Si tu ne sais pas, tu te renseignes.

Alors je me suis renseignée sur cette Mai Lan Chapiron, fille et sœur de. Fille de Christian Chapiron, alias Kiki Picasso, graphiste, peintre et vidéaste. Sœur de Kim Chapiron, réalisateur membre du collectif Kourtrajmé, avec lequel elle s’est fait connaître en signant la BO de Sheitan (2005). D’ailleurs, le titre phare, Gentiment je t’immole, a fait le tour du net de par ses paroles audacieuses. Même si elle a commencé la musique à l’âge de 7 ans, la demoiselle ne sort son premier album que maintenant : un album éponyme qui est programmé pour fin août.

Mon humble avis

Contrairement à ce que l’on pourrait penser  à l’écoute de Gentiment je t’immole, Mai Lan n’a pas décidé de se limiter à une certaine trashitude. Pour la plupart des titres de son album, elle a même pris le pari de céder à la musicalité des paroles en anglais. Ce n’est que lorsque qu’elle décide d’écrire en français que l’on retrouve un univers mi enfantin-mi rrriot qui avait tant marqué les esprits. Dans tous les cas, on peut dire que Mai Lan décide de jouer avec les sons plutôt qu’avec les mots.

Ce qui m’a surtout marqué, c’est la diversité des influences sur le plan musical. Alors qu’on aurait pensé qu’elle pourrait fournir un album de musiques urbaines, la plupart des titres sont davantage orientés folk et rock. Des orchestrations bien senties pour mettre en valeur un timbre de voix qui me rappelle la douceur de Feist (notamment sur Easy, je dois dire…). Ce que je dois dire aussi, c’est que l’ambiance de l’album ne faiblit pas, et qu’on alterne petite balade reposante et comptine énervée.

Mai Lan est donc une des artistes à suivre pour cette fin d’année 2012, ne serait-ce que pour l’étendue de son registre musical. Je lui espère encore beaucoup d’histoires à raconter…

Publicités