Étiquettes

, , , , , , , , , , , , ,

En 1988, j’avais 5 ans et je commençais à m’exprimer verbalement. C’est l’année où j’ai également commencé à pratiquer de manière régulière le chant et le piano. La musique a donc eu beaucoup d’importance à cette époque, que ce soit par le visionnage des clips sur M6, les samedis soirs après la messe à mater le Top 50 chez Mamie ou bien les cassettes que j’écoutais dans les diverses voitures. Bref, ma relation amoureuse avec la musique a réellement commencé en 1988.

1988, dans les esgourdes, ce sont les reliquats de 1987 (qui a donc été une année très riche), mais aussi beaucoup de disques de « voyages » qui ont été popularisés. Cette discographie sélective sera donc placée sous le signe du mouvement et des égarements de l’esprit.

***

1 – Cheb Khaled & Safy Boutella – Kutché (non précisé)

 

Si l’album est enregistré en 1986, ce n’est qu’en 1988 qu’il sort à l’international. Il est le fruit la rencontre entre le déjà très connu Cheb Khaled et le jazzman Safy Boutella qui procède aux arrangements et produit avec le réalisateur Martin Meissonnier. Kutche devient avec le temps l’album de la mutation de la musique raï qui quitte la sphère oranaise, puis algérienne, pour conquérir le monde à force d’arrangements jazz et pop. Kutché a été nommé ainsi, car le mot arabe vient de l’espagnol coche (voiture) et désigne la carriole traditionnelle qui transporte les personnes.

*

2 – Soldat Louis – Première bordée (non précisé)

Si Du rhum et des femmes est sorti dans le contexte du grand tube de Licence IV Viens boire un petit coup à la maison – et donc a été pris comme une vulgaire chanson à picole –, le reste du premier album du groupe morbihannais fondé par Serge Danet et Renaud Detressan aka Gary Wicknam (petit-fils du barde Théodore Botrel) donne le ton du groupe, à savoir reprendre les thématiques des traditionnels chants de marin. Le groupe, par des paroles extrêmement vulgaires, arrive quand même à vendre 750.000 exemplaires de ce premier album et à maintenir une carrière constante depuis 30 ans.

*

3 – Tri Yann – Le Vaisseau de pierre (non précisé)

Sur fond d’instrumentations traditionnelles mêlées aux orchestrations pop telles qu’on puisse les connaître dans les années 1980, les trois Jean de Nantes et leur équipe ont décidé de conter une aventure fantastique sur tout un album. Cet album-concept est basé sur la bande dessinée éponyme sortie en 1976, scénarisée par Pierre Christian et dessinée par Enki Bilal.

*

4 – Pixies – Surfer Rosa (mars)

Premier album du groupe américain mené par Franck Black, il contient le cultissime Where Is My Mind et a, lui aussi, servi d’inspiration à tout ce que la scène alternative des années 1990 a pu générer – au point que Kurt Cobain avait exigé le producteur Steve Albini pour produire In Utero (1993). Ce qui a inspiré ce beau petit monde, c’est un mélange entre mélodies très pop et sons saturés, tout en abordant des thématiques comme l’errance, la mutilation ou le voyeurisme. On est clairement sur de la très bonne ambiance.

*

5 – Mylène Farmer – Ainsi sois-je (avril)

A ce jour, Ainsi sois-je…, deuxième album de la mystérieuse Canadienne, a été vendu à 1.8 million d’exemplaires. Si la plupart des chansons sont signées Farmer-Boutonnat, elle adapte aussi dans cet album un texte de Charles Baudelaire (L’Horloge) et le Déshabillez-moi de Juliette Gréco. Entre évocations érotiques qui ont fait beaucoup de mal à la perception du XVIIIe siècle français – et je ne lui dis pas merci – et expressions du désespoir jusqu’au suicide, cet album a su trouver un public à l’époque ado/adulescent dont la seule concurrence venait d’Indochine.

*

6 – Etienne Daho – Pour nos vies martiennes (juin)

Surfant sur le succès de ses albums précédents La Notte La Notte (1984), Tombé pour la France (1985) et Pop Satori (1986), Etienne Daho réenregistre à Londres des titres entre la pop de ses débuts (Bleu comme toi) et des titres plus influencés par la noisy pop anglaise plus mélancoliques, tels que Des heures hindoues. Encore une fois, c’est un succès phénoménal qui lui permet de produire beaucoup d’albums d’artistes tels que Lio ou Daniel Darc dans les années qui suivront.

*

7 – Patti Smith – Dream of Life (juin)

Après le succès qu’elle connaît entre 1974 et 1979 avec le Patti Smith Group, elle profite de son mariage avec Fred Sonic Smith en 1980 et de la naissance de ses deux enfants pour prendre une semi-retraite. Elle revient donc après la naissance de sa fille avec un album composé par son mari où ses textes reviennent avec d’autant plus de force. En témoigne l’hymne People Have The Power, repris en diverses occasions par Bruce Springsteen et U2. Malgré tout, Patti Smith n’a fourni de performance live de cet album qu’à partir de décembre 2006.

*

8 – Kylie Minogue – Kylie (juillet)

Ayant déjà une longue carrière d’actrice derrière elle en Australie (elle commence en 1979 dans des soaps, mais resta longtemps dans l’ombre de sa petite sœur Dannii, chanteuse dans l’émission Young Talent Time), sa notoriété ayant décollé avec la série Neighbours qu’elle intègre en 1986, Kylie Minogue reprend The Loco-Motion pour un gala de football en 1987 et obtient un succès fou. Par la suite, elle monte à Londres pour rencontrer des producteurs qui lui écrivent I Should Be So Lucky, puis un album qui devint le plus vendu en Angleterre durant l’année 1988. Elle réussit par la même occasion à conquérir le monde entier, explosant des records de vente en Asie et s’intégrant dans le Billboard Hot 100.

*

9 – Maxime Le Forestier – Né quelque part (octobre)

Après des débuts fulgurants en 1972 avec Mon Frère qui devint la bande-son de toute une génération et avoir poursuivi une carrière honorable durant toutes les années 1970, ses albums connurent un passage à vide durant une dizaine d’années. Durant ces années, non seulement il a sorti des albums (notamment Les Jours Meilleurs en 1983) et a écrit des chansons pour Julien Clerc, mais juste, il n’avait pas de succès. Ce n’est qu’en 1988 qu’il revient sur le devant de la scène, avec cet album moins ancré dans les sonorités 1980 qu’il avaient adoptées, mais qui retourne à des racines plus folk qui avaient fait sa marque de fabrique à ses débuts. Cet album est porté par les titres Né quelque part (1987) et la reprise du ségatier mauricien Claudio Veeraragoo Ambalaba, et s’est vendu aujourd’hui à 600.000 exemplaires (ce qui est réellement un marqueur du renouveau de la carrière de l’artiste).

*

10 – Traveling Wilburys – Traveling Wilburys vol. 1 (octobre)

C’est l’histoire de deux (George Harrison et Bob Dylan), puis cinq copains (avec Roy Orbison, Jeff Lyne et Tom Petty) qui ont décidé de faire un single à l’arrache pour Harrison. Le single n’ayant pas été retenu par les producteurs, le single est devenu un album qui a été enregistré chez Dave Stewart. Sur le même principe que les Ramones, chacun s’est trouvé une nouvelle identité l’intégrant à la famille Wilbury. L’album est devenu un succès et en a appelé un autre, Traveling Wilburys vol. 3 (1990), qui eut moins de succès car Roy Orbison était décédé entre temps.

***

A bientôt pour de nouvelles aventures.

Publicités