Mots-clefs

, , , , , , , , , , , ,

Je l’ai toujours dit : je n’ai jamais été cinéphile, parce que c’est un pan culturel qui a été délaissé par mes parents dans mon éducation. Autant la littérature et la musique – et même les arts graphiques, merci maman, ça m’a un peu servi dans la vie – ont été omniprésents dans ce que mes parents m’ont transmis, autant le cinéma s’est creusé une part congrue.

Il faut dire que mon père se concentrait davantage sur les vieux westerns et les films de guerre. Pour ma mère, aller au cinéma, c’est avant tout se détendre et rigoler. C’est pour cette raison qu’elle privilégie la grosse comédie française, avec quelques infidélités pour Charles Bronson et toute la série de l’inspecteur Harry. Et être sortie avec un apprenti-réalisateur qui m’a fait voir des choses aussi chelous que Brazil (Terry Gilliam – son film préféré), Melancholia (Lars von Trier) et La piel que habito (Pedro Almodovar) n’a pas stimulé ma curiosité inhérente à l’objet culturel, tel qu’il soit. Malgré tout, depuis que j’ai découvert récemment le Fossoyeur de films (aka François Theurel), qui me parle de grammaire cinématographique et de codifications, ça commence à m’exciter un poil. Mais un poil seulement.

Je me suis aperçue qu’il y avait des films que je me suis mise à fantasmer, ne serait-ce que parce que je connais leur bande originale et qu’elle est juste badass. Certains de ces films, je ne les ai pas vus – ou en tout cas, je n’en ai pas le souvenir –, ou si j’ai vu le film, j’ai connu la BO avant. En tout cas, ces musiques de film m’ont permis des expériences cinématographiques réelles ou fantasmées assez intenses. Ou comment, comme souvent, je connais la teneur d’un film par mes oreilles surdouées avant de la connaître par mes yeux défaillants.

Blade Runner (1982)

Réalisateur : Ridley Scott

Compositeur : Vangelis

Pitch Allociné : Dans les dernières années du 20ème siècle, des milliers d’hommes et de femmes partent à la conquête de l’espace, fuyant les mégalopoles devenues insalubres. Sur les colonies, une nouvelle race d’esclaves voit le jour : les répliquants, des androïdes que rien ne peut distinguer de l’être humain. Los Angeles, 2019. Après avoir massacré un équipage et pris le contrôle d’un vaisseau, les répliquants de type Nexus 6, le modèle le plus perfectionné, sont désormais déclarés « hors la loi ». Quatre d’entre eux parviennent cependant à s’échapper et à s’introduire dans Los Angeles. Un agent d’une unité spéciale, un blade-runner, est chargé de les éliminer. Selon la terminologie officielle, on ne parle pas d’exécution, mais de retrait…

Mon expérience : Pour l’instant, elle n’est que musicale et absolument géniale. Tel est le génie de Vangelis dans les années 1980 : pouvoir, avec ses claviers, donner une valeur ajoutée à n’importe quelle ambiance de film. Mais sachant que je ne crache pas sur la science-fiction en littérature – même si je n’ai lu aucune œuvre de Philip K. Dick, un film comme Minority Report (Steven Spielberg, 2001) m’a bien plu –, j’ai tout à penser que ce genre d’expérience cinématographique a tout pour me plaire. Même si, en termes de narration, le film est déjà très vieilli et relève réellement de la science-fiction – 2019, c’est genre dans 4 ans, et je me vois davantage avec deux enfants dans un pavillon de banlieue que dans le décor apocalyptique du film. Ou alors, je peux toujours visionner le film en 2020, quand il sera « périmé » dans sa chronologie, lorsque certaines peurs sur l’avenir se seront dissipées. Un peu comme voir Retour vers le futur 2 cette année 2015 pour le fun, en pensant que le Hoverboard existe bien en termes de prototype. Mais il paraît que Blade Runner 2 est en production, sans Ridley Scott mais avec Harrison Ford, et sortira en 2016. Avec Star Wars VII prévu pour décembre 2015 (I’m so excited), ça commence à faire beaucoup de projets pour Papy Harry.

Les Chariots de feu (1981)

Réalisateur : Hugh Hudson

Compositeur : Vangelis (encore lui ^^)

Pitch Allociné : Dans les années vingt, deux athlètes britanniques prédisposés pour la course à pied se servent de leur don, l’un pour combattre les préjugés xénophobes, l’autre pour affirmer sa foi religieuse.

Mon expérience : Il est évident que le thème des Chariots de feu a totalement dépassé toute l’idée que l’on pouvait se faire du film, même si ce même film a été primé par un Oscar du meilleur film en 1982 et j’en passe. Ai-je réellement envie de voir le film ? Je ne crois pas, puisque ce n’est pas le genre d’histoire qui va pouvoir me galvaniser. Par contre, saluons encore une fois le génie du claviériste grec qui, non content d’insuffler sur le coup une valeur ajoutée dans l’atmosphère du film, a carrément créé un même musical en vigueur depuis près de 35 ans. Même quand je nage ou quand je marche dans la rue – ou que je sprinte pour rattraper le bus –, cette musique illustre l’action que je fais. La culture contemporaine commune associe désormais à n’importe quel exploit sportif le thème des Chariots de feu, comme le montre ce sketch de Rowan Atkinson à l’ouverture des Jeux Olympiques de Londres.

Le mépris (1963)

Réalisateur : Jean-Luc Godard

Compositeur : Georges Delerue

Pitch Allociné : Paul Javal, scénariste, et sa jeune femme semblent former un couple uni. Un incident apparemment anodin avec un producteur va conduire la jeune femme à mépriser profondément son mari.

Mon expérience : Merci Frédéric Mitterrand, qui, à l’instar de son Bonsoiiiiir, a sorti le thème de Camille de son contexte pour en faire l’hymne d’une certaine nostalgie d’un certain cinéma français. Dans ce cas précis, ce certain cinéma français – la Nouvelle Vague, dont fait partie Godard – est considéré comme une partie de l’âge d’or. Perso, à part Mes fesses ? Tu les aimes, mes fesses ?, j’ai assez d’antipathie pour Brigitte Bardot et le personnage qui en découle pour ne pas m’intéresser à ce film. Je suis juste intéressée par la beauté créée par Georges Delerue, qui a également créé en termes de génériques badass celui de la série qui inspira Game of Thrones, je veux bien sûr parler des Rois maudits…

C’te beautay ❤

La leçon de piano (1993)

Réalisatrice : Jane Campion

Compositeur : Michael Nyman

Pitch Allociné : Au siècle dernier en Nouvelle-Zélande, Ada, mère d’une fillette de neuf ans, s’apprête à suivre son nouveau mari au fin fond du bush. Il accepte de transporter tous ses meubles à l’exception d’un piano qui échoue chez un voisin illettré. Ne pouvant supporter cette perte, Ada accepte le marché que lui propose ce dernier. Regagner son piano touche par touche en se soumettant à ses fantaisies.

Mon expérience : Déjà, étant donné que le film est un peu sulfureux, j’ai dû attendre qu’il soit diffusé sur Arte dans les années 2000 et d’avoir l’âge requis pour le regarder. Mais c’est un air de piano qui m’a poursuivie toute mon adolescence, puisque cela faisait partie des études de piano de ma meilleure amie. C’est pour cette raison que je n’ai pas été déçue du film quand je l’ai vu, parce que je l’avais déjà en tête depuis au moins dix ans. La force d’un morceau de piano…

L’amant (1992)

Réalisateur : Jean-Jacques Annaud

Compositeur : Gabriel Yared

Pitch Allociné : Les amours d’une jeune fille de quinze ans et demi et d’un Chinois de trente-six ans à la fin des années 1920 en Indochine.

Mon expérience : D’abord, il y a cette figure de Marguerite Duras, cette femme, à mes yeux d’enfant, trop recroquevillée sur elle-même pour que le film qui faisait tant scandale quand j’avais 8 ans puisse être tiré de sa propre vie. Il y eut ensuite, comme La Leçon de piano, l’attente d’avoir l’âge nécessaire pour pouvoir voir ce qui a souvent été décrit comme une ode à la sensualité (et heureusement que Jane March, l’actrice qui jouait Marguerite dans le film, avait bien 18 ans à l’époque, tant elle respire déjà l’érotisme à plein nez). En attendant, je m’imaginais de tendres et délicats baisers adolescents au rythme de la musique de Gabriel Yared.

Ascenceur pour l’échafaud (1958)

Réalisateur : Louis Malle

Compositeur : Miles Davis

Pitch Allociné : Un homme assassine son patron avec l’aide de sa femme dont il est l’amant. Voulant supprimer un indice compromettant, il se retrouve bloqué dans l’ascenseur qui l’emporte sur les lieux du crime.

Mon expérience : Déjà, je suis éberluée par la manière dont Miles Davis a composé cette bande originale. En gros, il a regardé la pellicule montée de Louis Malle et a improvisé dessus. Magnifique, non ? C’est le genre de musique qui colle toute à fait au film noir hollywoodien, sauf que c’est un Français qui l’a réalisé (même s’il a eu une carrière internationale par la suite). Là encore, ce n’est que l’amour du jazz qui me fait fantasmer sur un univers noir (avec Jeanne Moreau et Lino Ventura, donc plus que classe).

Mon expérience du cinéma passe donc par la musique, et je ne compte pas le nombre de bandes originales que j’ai érigées en culte après avoir vu un film – ou avant, ça dépend. Mais je ne compte pas non plus les films que j’ai fantasmés grâce à la musique qui les entoure.

Publicités